vendredi 27 mars 2009

Aidvertising - 28 mars, 20h30: l'heure de la terre


video

C'est vendredi! Le jour de l'aidvertising, où je souligne une campagne sociétale dont la cause ou la réalisation m'ont paru digne de mention.

Demain le 28 mars, à 20h30, quel que soit votre fuseau horaire, ce sera l'heure d'éteindre la lumière, pour célébrer l'heure de la terre, organisée par WWF. L'an dernier, 15 millions de personnes ont participé, et cette année, le but avoué est de franchir le cap du milliard de participants à travers plus de 1000 villes de la planète.

Cette petite pub australienne inspirante vous incite à éteindre la lumière, symbolisant ainsi un petit geste pour la planète... il faut dire que le mouvement Earth Hour a commencé en 2007 à Sydney avec 2 millions de personnes.

Hier mon fils de 10 ans m'a demandé: "Papa pourquoi les hommes ne font rien pour sauver la planète?" Je ne sais pas trop de quoi on lui a parlé à l'école, mais je sais que demain je vais pouvoir lui montrer que justement si, certains hommes font quelque chose pour sauver la planète, et que nous en faisons partie.

NOTA: Pour ceux qui sont à Montréal, il y a ce magnifique site: desideesdanslenoir.ca qui annonce comment passer sa soirée dans le noir et de manière créative. Moi je serai au fin fond de la forêt, mais dans le noir aussi...

Vous pouvez aussi participer au mouvement sur ces plateformes:

jeudi 26 mars 2009

Rethink Afghanistan: activisme philanthropico-cinématographique









Il se trouve que dans un cadre professionnel je suis de plus en plus amené à œuvrer aux croisements de la philanthropie, du cinéma, et de la levée de fonds. Le web a déjà transformé l'industrie de la musique, et contrairement à ce que certains disent, c'est pour le mieux: il ne s'est jamais vendu autant de musique dans le monde qu'aujourd'hui. C'est désormais au tour de l'industrie audiovisuelle de subir le virage web, et selon moi, ce sera aussi pour le mieux, pour une plus grande qualité et une plus grande diversité des contenus.

J'en veux pour preuve l'excellent exemple de Robert Greenwald. Ce producteur et activiste américain utilise les nouveaux média pour sensibiliser l'opinion américaine à certaines causes. De son film sur Wal mart à celui sur le nombre de propriétés du sénateur McCain, qui a fait grand bruit durant la campagne présidentielle, Greenwald poursuit aujourd'hui sa croisade en Afghanistan, où le Président Obama vient d'accepter d'envoyer 17 000 nouveaux soldats américains.

Greenwald, pour soutenir toutes ses causes a lancé la fondation Brave new grace à laquelle il produit ses documentaires. Pour chaque nouveau documentaire, bien sur un site web est développé, tel ce dernier en date, rethink Afghanistan. Robert Greenwald est présentement en Afghanistan où il enregistre certains témoignages pour son prochain documentaire.

Sa fondation a compris toutes les ficelles de la philanthropie 2.0. Il a un blogue sur le site du film sur lequel il met des textes de son voyage et des vidéos. Il a aussi son compte Twitter @robertgreenwald où il donne des détails de ses impressions et de ses rencontres en live. Il propose aussi un abonnement pour recevoir ses dernières impressions par courriels, et met à disposition des internautes une pétition en ligne pour demander au Congrés de revoir la stratégie militaire de déploiement en Afghanistan. Il cite de nombreux experts qui expliquent pourquoi ils pensent que la présence américaine sur place est une erreur stratégique, comme sur le vidéo ci-dessus. Toutes ses vidéos sont aussi diffusées sur youtube où il a sa propre chaine et itunes. Il a plus de 2000 amis sur facebook qui le soutiennent. Et il offre du contenu à tous ceux qui veulent bien le soutenir ou mettre sur leur propre profil myspace, facebook ou sur leur blogue...

Enfin, sur tous ses outils de communication, il y a un bouton "Donate". Il demande la participation de ses supporteurs pour aller en Afghanistan tourner les images qui convaincront plus de monde pour l'aider à convaincre son gouvernement de cesser ce combat perdu d'avance, (mais qui dure pourtant depuis 7 ans). Ses donateurs sont donc aussi ses producteurs.

Au delà de la cause elle-même, ce qui me fascine c'est la capacité que nous offrent les nouvelles technologies, et principalement les médias sociaux, à batir non seulement des communautés, mais surtout des mouvements sociaux. Je peux choisir de suivre son voyage en Afghanistan, de lire ses chroniques ou ses status, de regarder ses vidéos, tout celà n'est pas nouveau. Mais je peux aujourd'hui participer à ce mouvement social. Je peux financer son voyage et son tournage. je peux m'approprier la cause, et la défendre haut et fort en devenant producteur. pas besoin de 100,000$ à portée de main, il me suffit de lui donner 20$. Si 5000 personnes font comme moi, le tour est joué...

Je donne souvent des conférences à des producteurs de contenu vidéo. Robert Greenwald est un exemple de ce qui se fait de mieux en ce moment, avec une dimension sociétale (évidemment!). Il pourrait aller encore plus loin dans l'interactivité avec ses internautes (on peut toujours mieux faire), mais si on considère son nombre d'années d'activités, on peut dire qu'il utilise très bien les nouveaux médias.

Je parlais plus haut de la musique. Quand je vois des sites comme mymajorcompany qui parviennent à agréger des microfinancemenmt du public pour lancer un artiste, je me dis qu'il n'est pas loin le temps ou une telle plateforme parviendra à lancer des réalisateurs, des vidéastes, et des documentaristes. Moi par exemple je serai prêt à payer pour être "actionnaire" du prochain film de Luc Besson qui parlerait des dernières espèces de baleines que Greenpeace tente de sauver... Parce que ca m'intéresse, parce que je suis un plongeur, parce que c'est le genre d'images que j'aimerais voir, et que je suis donc prêt à payer pour ca existe...

Si sur une plateforme web, on pouvait choisir, réalisateurs et causes sociétales pour les mixer, la communauté ferait vite ses choix parmi les projets à produire. Une fois le montant nécessaire atteint, le film serait tourné. Si en plus il était distribué et faisait de l'argent, je toucherai une commission proportionnelle à mon montant investi... et voilà! C'est tout simple la philanthropie 2.0!

lundi 23 mars 2009

"Le pape n'a pas erré, mais les journalistes oui"... selon les évêques du Québec

"Le pape n'a pas erré, mais les journalistes oui". C'est du moins ce que soutient Mgr Louis Dicaire, evêque auxiliaire au diocèse de St-Jean-Longueuil, choisi par l'assemblée des évêques du Québec pour commenter la dernière controverse du Pape lors de son premier voyage officiel en Afrique. Il affirme que le Pape a bien fait "de rappeler que le condom n'est effectivement pas une mesure sécuritaire à 100%". Il ajoute que ce sont les journalistes qui ont erré "en le citant hors contexte."

Alors parlons un peu de contexte justement. le SIDA, selon le dernier rapport d'ONUSIDA c'est 33 millions de personnes touchées dans le monde. Pour vous donner une petite idée, c'est l'équivalent de toute la population du Canada. Tous les jours 6500 nouveaux cas sont détectés, et 5600 personnes en meurent. Je répète: tous les jours!

Sur ces 33 millions de séropositifs selon ONUSIDA, 22 millions vivent en Afrique. C'est dire que les deux tiers de la population touchée par le SIDA dans le monde est africaine.


En 2010 il y aura 18 millions d'orphelins du sida en afrique méridionale (chiffre de l'OMS cité par Jean Ziegler, professeur émérite de l'université de Genève, rapporteur spécial pour l'ONU en Afrique de 2001 à 2008, et membre du comité consultatif du Conseil des droits de l'homme de l'ONU, dans son livre "La haine de l'occident".)

C'est à ces futurs orphelins, et actuels séropositifs que le pape est venu annoncer sa nouvelle théorie selon laquelle le préservatif allait faire empirer les choses. Bien sur l'Église n'a jamais soutenu le préservatif, et Benoit XVI s'inscrit fièrement dans la ligne de pensée de ses prédécesseurs, mais en franchissant un pas de plus qu'eux. Un pas qu'il aurait aussi bien pu ne pas franchir tout en conservant ses positions. Qu'il soit contre c'est une chose, mais qu'il le crie haut et fort en est une autre.

Même ses équipes sur le terrain l'enjoignent de changer son fusil d'épaule: selon cet article de La Croix, 60 à 70% des membres de certains diocèses sont eux-mêmes touchés par le SIDA et réclament des politiques plus réalistes sur la question.

Quand on jouit d'une autorité spirituelle, celle d'un "Trés saint père", et que l'on clame des contre-vérité dangeureuses pour la vie de tant de gens, il devrait y avoir des moyens de contro;er ce discours. Quel est le moyen aujourd'hui de faire changer le pape d'opinion, ou du moins de discours? Y a-t-il une cour de justice devant lequel le trainer pour irresponsabilité, conduite dangereuse pour la santé d'autrui, ou mise en péril de la santé publique? Non bien sur.

Par contre il existe un moyen à la portée de tous, c'est de parler, d'écrire, de communiquer son (re)sentiment. Le jour où la question fera surface dans votre cercle d'amis, au bureau, ou en famille, manifestez-vous, prenez position, ne restez plus silencieux en attendant que la conversation change de sujet, dites que ca suffut d'entendre de telles énormités. Nous vivons désormais dans un monde ou le citoyen peut et doit s'exprimer, en utilisant tous les outils à sa disposition. L'église, comme toutes les institutions ne pourra rester muette et immobile devant un mouvement populaire important. Elle a d'ailleurs déjà prouvé, dans plusieurs situations, qu'elle avait à coeur l'opinion publique et que cette dernière avait les moyens, et la force de la faire bouger.

jeudi 19 mars 2009

Je vais bloguer pour Youphil, le nouveau portail de la philanthropie



A l'heure ou les journaux papier annoncent des faillites, des suppressions de postes, et des parutions "web-only", un nouveau média voit le jour: Youphil, le portail de la philanthropie, pour décrypter un monde en changement.
Je rêve d'un tel portail depuis la création de ce blogue. A part quelques agrégateurs de ressources intéressantes tel que Alltop pour les ONG par exemple, il n'existait jusqu'à ce jour pas de site internet complet sur la question, encore moins en francais. Quelle fantastique initiative! Merci à Jean-Marie Colombani et Angéla de Santiago de s'être lancés dans cette aventure. Ils expliquent leur démarche menant à Youphil dans leur premier édito ici. Quand on sait que Jean marie Colombani a dirigé Le Monde pendant des années, et que c'est justement au cours de ces années que le journal est passé sur le web, on peut raisonnablement se dire que Youphil est là pour rester et pour grandir.


Youphil partage avec La fontaine de pierres une communauté d'intérêt, c'est assez évident, mais aussi une philosophie, fondée sur l'optismisme, sur le pouvoir de changer les choses, (en mieux bien sur), et la capacité de transmettre ce pouvoir. Enfin, il était important pour Youphil d'avoir un regard résolument orienté sur le monde et sur l'autre. C'est probablement cette vision qui les a incité à me demandé d'écrire pour eux. Cette vision me semble dans l'air du temps. La philanthropie devient à la mode, au gout du jour. J'ignore si c'est un esigne des temps, un changement génrationnel, mais peu m'importe, j'appelle ce changement de mes veux depuis longtemps, et je suis heureux de l'accueillir...

Pour moi la naissance de Youphil coincide donc aussi avec la naissance d'une nouvelle aventure personelle: un nouveau blog qui sera hébergé sur Youphil. Ce blogue s'appellera Aid'vertising, reprenant ainsi le nom que je donne à ma section du vendredi. J'y livrerai mes observations de francais vivant en amérique du Nord, témoignant de ce qui se passe de ce coté de l'Atlantique en matière de philanthropie, et parfois aussi de ma perception de certaines activités qui se déroulent en Europe, mais vues à travers mon prisme déformant de Nord-américain, à travers mon métissage culturel.

Je vais donc faire du cross posting. Cependant certains des articles que j'écrirai pour Aid'vertising n'apparaitront pas ici, et certains articles de la Fontaine de Pierres, plus personnels, ou un peu en marge de la philanthropie, n'apparaitront pas sur Youphil. Ceux qui seront diffusés AUSSI sur youphil seront identifiés par le tag youphil au bas de l'article. Ce billet est une exception: il a le tag mais n'est destiné qu'à la Fontaine de pierres.

Si vous avez des questions, ou des thémes que vous voudriez me voir aborder sur l'un ou l'autre de ces blogues, n'hésitez pas à me le faire savoir, ca me fera plaisir de vous donner la parole...

dimanche 15 mars 2009

Cinéma et philanthropie


La philanthropie devient visible sur tous les fronts de la culture. Le cinéma ne fait pas exeption à la règle et de plus en plus d'initiatives reliant le 7ème art avec la philanthropie se développent autour de nous. Je pense d'ailleurs que ce marriage a de longues et belles années devant lui...


Si les hommes naissaient tous libres et égaux en droits, nous n'aurions pas besoin d'une déclaration universelle pour nous aider à faire en sorte qu'ils le deviennent.Voilà pourquoi, pour une quatrième année consécutive, se tient le Festival de Films sur les Droits de la Personne de Montréal (le FFDPM). L'objectif avoué de ce festival est de "créer, par le biais du cinéma, un espace de rencontre, de discussion et de réflexion sur les thématiques des droits humains et du respect des libertés fondamentales."

Tous les films ne sont pas faciles, certains sont même plutôt sombres, à l'image de la réalité qu'ils décrivent. Mais il est temps de regarder cette réalité, et d'essayer de la comprendre grace à une fiction mettant en oeuvre des personnages vivant des émotions, plutôt que de se contenter de regarder les dernières hécatombes du journal télévisé qui se contente de donner l'information factuelle... la fiction ne remplacera jamais l'information, tel n'est pas non plus son but. Mais je pense qu'elle peut lui donner cet indispensable complément d'âme qui permettra de replacer l'information dans un contexte plus large.

Le FFDPM s’est ouvert le 12 mars avec la projection en première nord-américaine du film « 8 » réalisé tout à la fois par Jane Campion, Gael Garcia Bernal, Jan Kounen, Mira Nair, Gaspar Noé, Abderrahmane Sissako, Gus Van Sant et Wim Wenders, et produit par Lissandra Haulica et Marc Oberon. [Prix du Cinéma pour la Paix 2009, pour sa contribution aux Objectifs du millénaire pour le développement].

Ces huit cinéastes de renom se sont mobilisés pour sensibiliser l’opinion publique et rappeler aux politiciens qu’en 2000, 191 pays s’étaient fixé huit Objectifs du Millénaire pour le développement et se sont engagés à réduire de moitié la pauvreté dans le monde d’ici 2015...

La plupart des projections seront suivies de débats, en présence de cinéastes invités, de défenseurs des droits et de spécialistes des enjeux soulevés par les auteurs.

C'est pas moins de 450 films qui ont été recus cette année, preuve de l'ampleur de la tâche qu'il reste à accomplir et de la fragilité des droits de la personne en 2009.

Certains de ces films s'adressent aux enfants, avec un programme jeunesse pour les 7-17 ans. Le FFDPM entends ainsi souligner le 20e anniversaire de l’adoption par l’ONU de la
Convention relative aux droits de l’enfant.

J'aime bien aussi que le festival souligne le 20 mars 2009 comme le 6ème anniversaire de l'invasion de l'Irak, en projetant deux films sur la situation de la vie quotidienne actuelle irakienne. 6 courts métrages d'étudiants en cinéma de Bagdad seront également proposés.

Le festival se déroule jusqu'au 22 mars.

LE FFDPM est depuis janvier 2007, membre du Human Rights Film Network (HRFN,
www.humanrightsfilmnetwork.org), réseau international fondé à Prague en 2004 pour promouvoir le cinéma engagé en le rendant accessible au plus grand nombre, et accroître la circulation des films consacrés aux droits humains dans les festivals.

Si un festival des films engagés n'existe pas encore dans votre ville ou votre pays, vous pouvez agir vous-même et faire en sorte d'en créér un...Le Human Rights film Network pourra vous y aider.