jeudi 20 décembre 2007

C'est les vacances...

Revue de l'année philanthropique 2007


Pour l'un de mes derniers posts de l'année, je voudrais sacrifier au rite du retour en arrière en me prétant au jeu de la revue de l'année 2007, avec ses plus grandes réussites et ses "buzzwords" pour tout ce qui touche à la philanthropie.

1- Pour le viral, l'opération webbénévole de la croix rouge francaise, que j'ai endossé en l'évoquant dans un post et en mettant le badge de la campagne sur mon blogue, est ma préférée. Le nombre de webbénévoles a plus que doublé depuis que je me suis inscrit (1500 aujourd'hui) sur le site de la campagne. Un point positif de cette campagne, c'est qu'ils envoient régulièrement aux ambassadeurs de la cause des nouvelles POSITIVES des résultats apportés. Par exemple, tout le monde se souvient du tsunami de Décembre 2004, il y a déjà 3 ans, mais qui parle encore des résultats de la mobilisation humanitaire mondiale sans précédant qui s'en est suivi? Les webbénévoles de la Croix Rouge recoivent ces informations et il leur appartient de les diffuser s'ils le souhaitent. Pour la santé du don dans l'avenir, je trouve important de souligner les résultats encourageants accomplis avec les fonds recueillis pour cette tragédie. La Croix Rouge française nous informe que plus de 112 millions d'euros ont été reçus, qui ont donné lieu à la mise sur pied de 155 projets sur 7 pays et permettant de venir en aide à plus de 900.000 personnes. Pour que les donateurs aient une idée plus précise encore, la croix Rouge diffuse sur internet 4 vidéos montrant les progrés réalisés.

2- Pour les réseaux sociaux, la francophonie a découvert Facebook. Le Canada est le deuxième pays représenté sur le réseau avec plus de 7 millions d'utilisateurs, soit prés du quart de la population du pays. La France de son coté a pris la piqure plus tard dans l'année et vient de franchir le millionième membre. Le plus important pour la philanthropie sur Facebook réside dans deux applications. La première, "Causes" permet de créer une vitrine de son ONG et de collecter des fonds directement sur le réseau ainsi que de recruter de nouveaux militants parmi ses amis. La seconde est l'application "petitions", développée par Care2, et qui permets de créer et de diffuser sa propre pétition sur la cause de son choix. Grace à ces applications (notamment), Facebook est assurément devenu un buzzword de 2007 pour le monde de la philanthropie 2.0

3- Pour les innovations sur internet, je voudrais saluer la naissance de deux sites web: philanthropes.net en France, un portail de la philanthropie, et thecommunity aux Etats Unis: le réseau social de la philanthropie qui essaie de ressembler à facebook sans y parvenir. Ils auraient probablement mieux fait de créer leur communauté directement sur Facebook pour profiter de sa notoriété plutôt que d'essayer de lui faire de l'ombre...

4- Pour les publicités, j'ai souligné dans ces pages plusieurs fois le travail extraordinaire d'amnistie international dans plusieurs pays. Ils ont gagné un Lion lors du dernier Festival de la publicité de Cannes avec la campagne signatures, et ils continuent de faire avancer la cause des droits de l'homme dans le monde entier.

5- Pour les tendances, j'ai noté un déclin flagrant du shockvertising, cette mode qui consiste à choquer l'auditoire pour lui faire passer un message sociétal. Je suis de plus en plus persuadé que cette technique fatigue le spectateur. Dans un monde ou l'image est de plus en plus présente, il faut savoir cesser l'escalade dans l'insoutenable et revenir à la base du métier de communicateur: expliquer et démontrer l'utilité et la nécessité de notre action philanthropique. La tache est plus longue et plus ardue que le simple fait de montrer des images percutantes, mais l'effet à long terme s'en trouve décuplé, et surtout mesurable. Certaines campagnes continueront d'utiliser ce moyen, et pour certains domaines celà me semble justifié, comme la sécurité routière par exemple, mais pour la plupart, ce sera l'effort de démonstration qui l'emportera. Une tendance à surveiller en 2008...

6- Pour les grands philanthropes, nous assistons à une tendance de plus en plus marquée qui veut que de célèbres hommes d'affaires mettent leur fortune personnelle au service de la société civile en créant des fondations. Le champion a avoir lancé la tendance fut Bill Gates dont la fondation s'appuie sur un capital de prés de 34 milliards de dollars depuis la donation record de Warren Buffet en 2006. Au Canada, c'est André Chagnon, ancien homme d'affaire du monde des télécommunications, qui gère la plus grosse fondation du pays, distribuant une soixantaine de millions de dollars tous les ans. Au Mexique, c'est l'homme réputé le plus riche du monde, Carlos slim, également magnat des télécoms, qui mets 10 milliards de dollars dans ses fondations pour lutter contre la maladie et la pauvreté. Le monde de la philanthropie se doit d'être de plus en plus transparent devant des investissements tellement importants qu'ils rivalisent avec ceux que peuvent faire certains gouvernements. La transparence, ainsi que la responsabilité sociale de "l'industrie philanthropique" sera plus que jamais à l'ordre du jour dans les prochaines années. Un autre phénomène à surveiller de prés en 2008.

7- Enfin, un dernier buzzword que j'invente pour marquer l'année 2007, le "don avec achat" qui consiste à faire un don sans s'en rendre compte lorsque que l'on fait une transaction quelconque. Le marketing utilise depuis toujours (ou presque) la prime, ou le "cadeau avec achat", la philanthropie, elle, utilisera le "don avec achat". Ainsi, selon la cause choisie, vous pouvez par exemple donner pour la préservation de la nature à chaque fois que vous utilisez votre carte visa avec la carte nature de Visa Desjardins. Ou encore surfez sur le web en faisant des dons avec jaide.ca. De même, pour montrer l'importance de cette tendance en amérique du Nord, plus de 15 sites de recherches dont 30 à 100% des revenus publicitaires sont reversés à des organismes caritatifs, sont référencés ici. Aux États unis encore, vous pouvez choisir une compagnie de téléphonie qui redonne une partie de ses recettes à des organismes caritatifs. Et si vous êtes un investisseur averti, vous pouvez également faire en sorte que votre argent soit placé selon des critères solidaires avec des fonds éthiques, qui ont actuellement le vent dans les voiles.
Vous pouvez encore acheter solidaire en France sur le site de soliland où une partie de la commission que touchent les sites pour référer des clients est également reversée à des organismes. Quand pour le même prix vous avez le choix entre acheter le téléviseur qui vous fait réver depuis longtemps, ou acheter ce même téléviseur tout en faisant en sorte que 15% de son prix aille à Médecins sans frontière (ou qui que ce soit d'autre), que choisissez-vous de faire? Consommer devient de plus en plus un choix politique et social. Le don avec achat est sans douleur, il permet de donner sans s'en rendre compte, au moment où l'on ouvre son porte-monnaie pour soi. Une partie de la dépense est dirigée vers le don. Voici donc une autre tendance forte qui va se démocratiser et prendre toute son ampleur dans un avenir rapproché.

Voilà donc la revue de l'année 2007 pour la philanthropie moderne, avec ses tendances et ses mots clés, qui donnent déjà une idée de ce à quoi devrait ressembler 2008. Je réalise que je viens déjà de me donner des missions de surveillance de tendances pour alimenter ce blogue l'an prochain. Ca sent déjà les résolutions de début d'année... Il est encore un peu tôt pour ca, mais j'y reviendrai...

mercredi 19 décembre 2007

Opération "blind call" pour les aveugles, ou comment donnner sans le faire exprés


Comment transformer un simple geste d'inattention en bonne action? L'agence belge Duval Guillaume vient de trouver la solution à cette question existentielle.

Nous avons tous une fois dans notre longue carrière d'utilisateurs de portable oublié de verrouiller notre clavier GSM. Nous avons tous connu le stress du «Aie! J'espère n'avoir rien dit de compromettant!». Eternelle interrogation du fautif des appels par mégarde!
Une solution à ce vrai problème de société est récemment apparue. L'agence Guillaume Duval, pour le compte de la Ligue Braille de Belgique vient d'accoucher d'une idée ingénieuse. Désormais fini de déranger Alain ou Ari Krishna ou tout nom commençant par la lettre A... A chaque oubli de blocage de clavier, le «A blind call» sera le premier numéro à être composé accidentellement.

Le principe est simple: enregistrez-le «A blind call» en tête de liste de votre répertoire GSM ainsi que le numéro (070 22 22 30 pour les lecteurs du plat pays).
Une fois le numéro ajouté à ses contacts, chaque appel involontaire coutera 0.75Euro au propriétaire du téléphone portable, au profit de la ligue Braille. Cette campagne intelligente réalisée en partenariat avec Mobistar et the RingRing company transforme les accidents d'appels en accidents de donations au profit de cette association pour non-voyants.

Les deux opérateurs belges reversent intégralement les gains engrangés par ces coups de téléphone involontaires à la Ligue. La campagne compte aussi sur l'effet du buzz pour propager l'idée, puisqu'il est conseillé de persuader les amis des amis de mon ami rencontrés sur Facebook, My Space ou les amis de longue date, d'enregistrer le numéro dans leur répertoire. Les fonds récoltés serviront à mettre en place de nouveaux services pour les personnes faisant appel à l'association. L'opération «A blind call» sera valable jusqu'au 31/12/08. Alors si tout les Ahmed, Athanagor ou Agatha de Belgique n'en peuvent plus d'être sollicités pour des clous, qu'ils fassent passer le message...

Article de Clouzard Gael, sur influencia

mardi 18 décembre 2007

Fondation des casques rouges


Animée par un seul credo, sauver des vies, Nicole Guedj a dès 1997, préconisé la création d’une force d’intervention des Nations Unies, destinée à la coordination des secours internationaux pour les victimes des catastrophes humanitaires : les “Casques Rouges”.

Le texte suivant est extrait de leur propre présentation sur facebook.

"Le 31 décembre 2004, après le tsunami en Asie du sud-est, le Président de la République proposait à l’ONU, au nom de la France, la création d’une “force
internationale humanitaire de réaction rapide”. Ce projet a été accepté par le Secrétaire général des Nations unies, et est actuellement à l’étude.

C’est dans ce contexte que la Fondation Casques Rouges a vu le jour en 2006, dans le prolongement d’une mission que Nicole Guedj a effectué à la Présidence de la République française.

Aujourd’hui, la Fondation a vocation à soutenir le travail des ONG sur le terrain, pour optimiser le sauvetage des trop nombreuses victimes de crises humanitaires.

Un constat s’impose : les ONG indépendantes, au dévouement exemplaire, ne peuvent seules faire face aux besoins logistiques et aux défis technologiques commandés par la situation.

C’est pourquoi la Fondation Casques Rouges préconise la création d’une “force internationale humanitaire de réaction rapide”, véritables “pompiers du monde”,
destinée à identifier et à coordonner l’action des équipes de secours intervenant sur des sites de crises humanitaires, tout en mettant à leur disposition les moyens
logistiques (avions médicalisés, navires, hélicoptères, transmissions, etc…) nécessaires à un sauvetage efficace et rapide des victimes.

Facilitatrice de l’action humanitaire, la Fondation Casques Rouges s’engage également à :
- Innover, en plaçant les technologies de pointe au coeur de l’action l’humanitaire du XXIème siècle : les nouveaux moyens de communication, d’analyse et d’aide au diagnostic, permettent d’améliorer l’action des Organisations intergouvernementales et des ONG sur les sites de catastrophes.
- Optimiser l’action des différents acteurs humanitaires lors des crises, par la coordination, la formation, et la mise à disposition de moyens de transports et d’outils logistiques performants.

La spécificité de l’approche de la Fondation est de convaincre les grands industriels de mettre leurs compétences et leurs moyens au service de l’humanitaire.
Elle vise à créer une synergie favorisant le partenariat entre trois secteurs d’activité : associatif, public et privé."

La fondation des casques rouges a aussi mis sur pied la technologie emergesat, un outil de gestion technologique des crises humanitaires. Il s'agit d'un conteneur humanitaire renfermant des outils de communication satellite qui est envoyé d'urgence, en partenariat avec le UNHCR, sur les lieux de sinistres. Ce système autonome permet d'établir un réseau local de radio entre les différentes équipes d'intervention, et réponds à des besoins de logistique: cartes satellites pour une meilleure connaissance du terrain, des ressources en eau potable, et une meilleure organisation des éventuels déplacements de population.

Encore une fois la technologie se met au service de l'humanitaire et de la philanthropie. Une heureuse initiative et un outil dont nous entendrons surement parler prochainement.

dimanche 9 décembre 2007

Les enfants soldats et le Darfour




Il existe aujourd'hui prés de 300 000 enfants soldats dans le monde. Ils ont moins de 12 ans, volent et tuent sans vergogne, et sont eux même généralement violés et violentés. Ces images s'inscrivent clairement dans la tendance du shockvertising. Elles font partie de la campagne d'Amnesty International contre les enfants soldats. Le Darfour est l'une des régions du monde tristement célèbre pour enroler les enfants soldats, tel que nous le rappellait cet article récent du Figaro.


Or, Amnesty a également lancé l'opération eyes on darfur qui utilise l'imagerie satellite afin de lutter contre les abus dans cette région éloignée et isolée. Des images satellites en haute définition rendues disponibles sur internet permettent à la fois d'attirer l'attention du public sur les exactions commises au Darfour et d'apporter des preuves de ce qui se passe sur le terrain. Certaines images prises avant et après des attaques montrent les résultats de cette politique de la terre brulée.
La technologie satellite permet également, de manière plus positive, de "protéger" 12 villages en braquant nos regards sur eux. Des photos montrent enfin les progrès impressionnants dans le développement de certains villages, ce qui redonne espoir, et porte à penser que la mobilisation publique n'est pas vaine.

J'apprécie particulièrement le fait de constater que les hautes technologies rendent le monde dans lequel nous vivons de plus en plus petit, ce qui nous permet de porter assistance à des peuples en danger, même au fin fond du désert le plus reculé.




Crédits:
Agence: TBWA/Paris
Directeur de la création: Erik Vervroegen
Direction artistique: Ingrid Varetz, Javier Rodriguez
conception-rédaction: Véronique Sels, Daniel Perez
Photo: Michael Lewi
Via: Osocio

jeudi 6 décembre 2007

Deux nouveaux sites philanthropiques


La philanthropie sur le web se porte résolument bien.
Voici deux nouveaux sites qui viennent d'apparaitre sur la toile: une innovation et une résurrection.

Le premier est un portail français de la philanthropie sur lequel nous trouvons une charte de la philanthropie. Il s'agit du site philanthropes.net dont la page d'accueil regroupe des sites de commerce équitable, d'achats solidaires, de finances éthiques, de dons, et d'autres sites philanthropiques. Un tel espace de rassemblement des différentes initiatives de solidarité n'existait pas sous la forme de portail. Je suis convaincu qu'ils viennent combler un manque. Ils ont aussi un blogue et je suis heureux d'y voir apparaitre la fontaine de pierres sur leur blogroll. Ce portail de la philanthropie est lancé sous la houlette d'Antoine Vaccaro, président du CERPHI (Centre d'Études et de recherches sur la philanthropie). Je leur souhaite succés et longue vie.



Osocio est le deuxième site philanthropique digne de mention. Celui-ci est la résurrection du défunt houtlust qui référençait les campagnes de marketing sociétal du monde entier. après quelques mois de silence son créateur Marc Van Gurp nous revient avec une version améliorée: de nouveaux collaborateurs, une liste d'ONG et de causes, un agenda des différentes causes, des définitions, et bien sur les meilleures campagnes sociétales du monde entier. Bravo Marc, merci de revenir en force sur la toile, tu nous manquait.

Ces initiatives sont pour moi des preuves de l'interêt grandissant pour la solidarité sous toutes ses formes. Elles illustrent aussi l'essor de la philanthropie 2.0, un essor dont je suis de plus en plus fier de participer.

mardi 4 décembre 2007

Je donne une formation sur le web2.0


Je suis très heureux de donner demain le 5 décembre une conférence de formation sur le web2.0 pour toute l'équipe du portail sur la santé passeportsanté.net.
Bien sur ils sont déjà bien au courant du web, mais nous allons insister sur certains outils comme le pouvoir des blogues, l'intérêt des wikis, l'avantage du social bookmarking et bien sur la fascination des réseaux sociaux...

Le but réel de ce message est de montrer durant ce séminaire comment tous ces outils sont liés et communiquent entre eux: ce message apparaitra dans ma page google reader et de là sur mes pages facebook et ensuite de del.icio.us à ma page facebook à nouveau.

Un autre avantage de cet article est que les participants pourront intégrer leurs propres commentaires ici... s'ils le souhaitent.

dimanche 2 décembre 2007

Trucs pour consommer solidaire



Le mois de Décembre est là. C'est le mois des Fêtes, et la tradition veut que ce soit aussi le mois des cadeaux et du don. Décembre est aussi connu pour être le mois de l'année ou le volume des achats atteint son sommet annuel, y compris les achats sur internet. Pourquoi ne pas ajouter une petite note de philanthropie à cette période des fêtes en devenant un consommateur solidaire, soucieux à la fois de son environnement, de son prochain, et de faire des cadeaux utiles? Voici quelques moyens d'y parvenir sans douleur.


- Envoyez des cartes de voeux de l'UNICEF ou d'Oxfam.
- Faites vos achats via un site internet qui reversera une partie de sa commission à un organisme philantropique de votre choix, comme Soliland en France ou ejust au Canada par exemple.
- Changez le monde, un geste à la fois, grace aux 12 gestes simples pour l'environnement recommandés par Equiterre
- Investissez dans les fonds Acumen qui vous permettent de faire grossir votre bas de laine tout en aidant des micro entreprises de pays en développement.
- Faites vos achats de Noël sur ethiquette.ca qui listent des produits respectant certains critères respectant l'environnement et soutenant l'amélioration des conditions sociales.
- Achetez un vrai sapin de Noël, pas un arbre en plastique, c'est plus écologique, si si, c'est expliqué ici.
- Achetez équitable, solidaire et durable autant que possible
- Profitez de la période des Fêtes pour faire un don à un organisme de votre choix, Canadon
- Offrez un ordinateur à un enfant du 1/3 monde en même temps qu'au votre, avec l'opération one laptop per child
- Signez une pétition, par exemple celle là votregouttedeau.org, ca ne vous coute rien, mais les petites rivières font les grands fleuves.
- Prenez rendez-vous avec votre organisme local de don de sang.
- Aider quelqu'un: donnez de votre temps et faites du bénévolat pour une cause qui vous anime, ils cherchent du monde pour les Fêtes ici.
- Enfin, plutôt que d'offrir un cadeau insignifiant à des gens qui ont déjà tout, comme vos parents part exemple, faites un don à un organisme en leur nom. Steve garfield demande même ici à Amazon d'intégrer cette fonction dans leur listes d'idées cadeaux pour populariser cette tendance.

jeudi 29 novembre 2007

Le réseau social de la philanthropie est né

A l'heure où les réseaux sociaux font parler d'eux sur toutes les ondes, il était normal que le phénomène touche également le domaine de la philanthropie. Il y avait déjà des groupes en faveur des droits de l'homme, ou de la paix dans les réseaux sociaux existants, mais voici maintenant un réseau entièrement dédié à ces problématiques.

C'est le réseau The Community.com qui a ouvert ses portes cette semaine. Comme tous les réseaux, on peut y adhérer gratuitement, et se retrouver "amis" avec le Dalai Lama , Jimmy Carter, Desmond Tutu ou Rigoberta Menchu... Bon, ils ne seront peut-être pas souvent online sur le réseau, mais ca me semble tout de même un bon moyen de rencontrer des gens animés par les mêmes préoccupations et venant du monde entier.

Ce réseau est une initiative d'un regroupement de Prix Nobel de la paix listés ici, et de plusieurs organismes de défense des droits de l'homme tels que Amnesty international, Artists for Amnesty international, equal acess, ou encore le Global security Institute. Il ne s'agit encore que d'une version béta qui laisse place à l'amélioration, mais l'initiative vaut la peine d'être soulignée, et surveillée de prés.

vendredi 23 novembre 2007

La tactique du pixel humanitaire

La section américaine d'Amnesty international a adopté la tactique du pixel humanitaire ici.
L'idée, devenue un classique du genre, est d'offrir à l'internaute un pixel de l'image contre sa signature. Au fur et à mesure des contributions, l'image devient de moins en moins nette, symbolisant la disparition de l'horreur.

Bien évidemment la campagne est virale, et permet à AI de vous tenir au courant du développement de cette campagne... et d'autres. Ils vous proposent aussi de donner de l'argent, d'acheter un tee-shirt afin de porter les couleurs de la campagne, ou encore, ce qui est également de plus en plus courant, un badge électronique. Il s'agit d'une petite image avec un hyperlien que l'on peut mettre sur son blogue, sa page myspace, son site web...

Voici une campagne simple, efficace et gratuite pour faire entendre sa voix, n'hésitez pas à aller voir leur minsite tearitdown.org. En plus d'être utile, l'esthétique est très soignée, et même la musique (ou disons plutôt le son) est étudiée pour rajouter à l'ambiance générale.

J'avais déjà parlé dans un article précédant d'une opération similaire pour Oxfam. D'autres apparaitront certainement encore dans un avenir proche.

Il serait intéressant pour une ONG de revisiter ce concept du pixel humanitaire en réalisant le concept inverse. Plutôt que de disparaitre, le pixel apparaitrait sur un écran initialement noir pour que se forme l'image du résultat que poursuit l'ONG. Il y aurait une dimension nouvelle de curiosité. Et on aurait l'impression de construire quelque chose plutôt que de détruire. Moi je préfère une lutte positive que négative, mais c'est peut-être parce que je suis un incorrigible optimiste...

jeudi 22 novembre 2007

Un petit plaisir coupable


Je suis heureux d'annoncer que mon article de la semaine dernière sur l'opération one laptop per child a été adopté et repris par le magazine francais Newzy.fr, dans la section développement durable: ici. Ils ont quand même une newsletter distribuée à 450 000 personnes.

C'est toujours un bonheur de constater que nos textes sont appréciés, partagés, diffusés. Et au delà du plaisir égoiste, je me dis surtout que c'est l'intérêt pour toutes ces opérations généreuses, altruistes et progressistes qui augmente et se développe un peu partout.

Je suis peut-être d'un optimisme maladif, mais je suis convaincu que ces projets sont d'excellents ambassadeurs de la philanthropie.

mardi 20 novembre 2007

Journée mondiale de l'enfance


Le 20 novembre marque l'anniversaire de la signature en 1989 de la Convention des droits relatifs aux enfants, ratifiée par 192 pays membres de l'ONU. Plusieurs organismes militants pour la protection des enfants et de leurs droits profitent souvent de cette journée pour faire des annonces, lancer de nouvelles campagnes ou sensibiliser les médias avec de nouveaux chiffres. On pense souvent à tort que la situation des enfants n'est déplorable que dans les pays lointains et miséreux. C'est ne pas se préoccuper de la poutre que nous avons dans l'oeil.

Aujourd'hui, j'attire l'attention sur la Fondation Marie Vincent qui "
vient en aide aux enfants québécois de moins de 12 ans qui sont victimes de maltraitance, et plus particulièrement d’agression sexuelle." Il y a quelques années j'avais travaillé sur leurs campagnes de sensibilisation et depuis je suis resté attaché àa la cause autant qu'à l'organisme.

La Fondation rappelle des statistiques troublantes, qui bien que purement québécoises, me paraissent révélatrices à la fois d'une tendance occidentale et de ce qu'il se passe (encore) dans les pays soi-disant développés:
  • 14 % des adultes québécois auraient été agressés sexuellement avant l’âge de dix-huit ans.
  • 25 % des adultes québécois affirment connaître une ou plusieurs personnes qui ont été agressées dans leur enfance.
  • 18 % des filles et 10 % des garçons sont victimes d’agression sexuelle.
  • Moins de 36 % des organismes peuvent offrir des services d’aide directe aux enfants de moins de douze ans.
  • 87 % des intervenants ont identifié des besoins dans le développement des pratiques pour les services d’aide.
Vous vous rendez compte? 18% des filles? Moi j'ai une petite fille qui va à la garderie. Dans son groupe de 10 enfants, elles sont 5 filles, et je les connais toutes par leur prénom. Parmi elles, il y en aurait statistiquement une qui se ferait agresser... Je ne sais pas vous, mais moi cette pensée m'est insupportable. Songez à l'équipe de sport de vos enfants, à leur classe, à leur amis dans la rue et souvenez-vous de cette statistique, et vous me direz ensuite si vous n'avez pas le gout de faire quelquechose. Moi quand j'y pense, je suis heureux que des organismes comme la Fondation Marie Vincent existent et agissent.

Allez voir leur site, (il est trés beau et bien fait en plus), et soutenez les, leur travaille en vaut la peine.

lundi 19 novembre 2007

Ma découverte du week-end

Comme toutes les fins de semaine, ou presque, je suis allé m'acheter mon journal. Une fois au kiosque, je m'attarde un peu dans la section magazines et je tombe sur NEED Magazine. Un nouveau magazine américain dédié à l'humanitaire (3 numéros sortis). Leur accroche c'est: "Nous ne sommes pas ici pour sauver le monde mais pour raconter les histoires de ceux qui le sauvent."

J'ai trouvé ca génial. Je l'ai acheté, et j'y ai trouvé de magnifiques images et des textes porteurs d'espoir. Ils parlent d'enfants obligés à travailler dans des fabriques de tapis au Népal, mais qui sont pris en charge par une ONG, ou encore du témoignage d'un travailleur social pakistanais, et je n'ai pas tout lu encore... Ce n'est pas du tout misérabiliste, au contraire, c'est toujours la solution et son aspect positifs qui sont soulignés. Lire ce magazine, c'est un peu comme réaliser que chacun peut améliorer le monde, à sa manière, petit bout par petit bout. On choisit un endroit, et selon nos envies, et nos compétences, on agit, on fait un peu de ménage.
C'est aussi simple que ca la philanthropie. Ca commence par un peu de bon vouloir, et trés vite on se rends compte que les moyens existent et que des communautés sont déjà en place pour s'attaquer au même problème, il suffit de les rejoindre.

NEED Magazine a son site web, sa page myspace, qui les relie avec d'autres ONG, et chacun peut soumissionner pour écrire ses articles. Que la philanthropie se retrouve dans un magazine plutôt luxueux, et dans un univers quasiment sans pub, me fait réaliser qu'il y a une tendance, un intérêt de plus en plus marqué de la part du public, pour être informer des injustices de notre village global et d'avoir accès aux moyens pour y remédier. Mon blogue s'inscrit assurément dans cette tendance et je suis heureux de la partager avec des gens comme NEED magazine.

Pour leur prouver mon soutien, je leur offre modestement un peu d'espace publicitaire sur mon blogue (colonne de droite) pour y héberger gracieusement leur bannière, comme je me suis engagé à le faire pour certains annonceurs ici.

jeudi 15 novembre 2007

Amnesty International corrige la langue de bois



Voici quelques exécutions bien senties d'une campagne espagnole pour Amnesty International. Le fait de mettre dans la bouche de ces dirigeants les mots que l'on aimerait les entendre nous dire frappe l'imaginaire et nous incite à les pousser à faire ce que les principes élémentaires des droits de l'homme commandent.

Le président Poutine dit: "Personne ne mourra dans mon pays pour avoir utilisé son droit à la libre expression."

Le président Georges Bush, lui, affirme: "La prison de Guantanamo est illégale,elle doit fermer ses portes au plus vite."

Et le président iranien Ahmadinejad : "Aucune femme ne sera plus jamais lapidée dans mon pays."

Un regret: l'adresse internet thepowerofyourvoice.org inscrite sur les annonces ne fonctionne pas (encore?).

Amnesty demeure ici fidèle à sa tradition de dénonciation des atteintes aux droits de l'homme et à son appel à la participation collective en envoyant des pétitions pour faire plier les dirigeants des pays incriminés. D'autres campagnes d'Amnistie ici.

Crédits:
Agence: Contrapunto, Madrid
Via: Ads of the world

mercredi 14 novembre 2007

Le Sommet du Millénaire et les enfants



Comme je l'annonçais ici, , je suis allé la semaine dernière à la deuxième édition du Sommet du Millénaire de Montréal. J'y ai assisté à quelques conférences, notamment celles de Cherie Booth Blair, et celle de Michael Douglas. Ce dernier nous a fait un parallèle entre l'évolution de sa vie personnelle et celle de l'industrie du nucléaire dont il est l'un des farouches adversaires.

Cherie Booth Blair est de son coté trés impliquée dans la lutte contre la pauvreté des enfants puisqu'elle est présidente de l'ONG Bernardo's. Cet organisme britannique travaille à l'amélioration des conditions de vie des enfants dans le monde et s'est fixé comme ambition de supprimer la pauvreté des enfants d'ici 2020.

Son discours, au ton militant, était étayé de plusieurs chiffres qui font froid dans le dos mais qu'il est bon de répéter. Elle mentionnait notamment que le trafic d'enfant existait toujours et qu'il concernait plus d'un million d'enfants! 218 millions d'enfants travaillent pour gagner une bouchée de pain. Et parmi eux, 171 millions effectuent une tache considérée comme dangereuse. 171 million, pour mettre les choses en perspective, c'est l'équivalent de 3,5 fois la population britannique quand même!

Par ailleurs, 400 millions d'enfants n'ont pas accès à l'eau potable dans le monde, c'est plus que la population des Etats Unis! Plus de 5000 enfants meurent CHAQUE JOUR à cause de l'eau non potable. Chaque jour... Le temps de lire ces quelques lignes et des dizaines ont dééjà disparus! Je mentionnais ici une initiative pour y remédier il y a quelques mois.

Dans la plupart des pays où l'eau n'est pas accessible facilement, il faut savoir que ce sont les petites fillles qui sont chargées d'aller au puit et de ramener l'eau à la maison. Et pendant qu'elle s'acquittent de cette pénible tâche, elles ne vont pas à l'école. Selon l'OMS, chaque dollar investit dans l'accès à l'eau correspond à 8$ d'augmentation de la productivité. Et selon l'adage: "Éduquez un garçon et vous éduquerez un individu, mais éduquez une fille et vous éduquerez une famille."
Ce problème me tient à coeurau point où j'avais ouvert mon blogue avec une belle campagne sur le sujet de l'éducation des filles ici.

Une des solutions proposées pour parvenir aux objectifs de Bernardo's réside dans le commerce équitable qui redonne vie à certains villages par la création d'écoles notamment. Car le travail des enfants, le phénomène des enfants soldats et la non scolarisation des enfants ont tous la même cause: la pauvreté. Remédier à la pauvreté dans ces pays, c'est régler tous ces problèmes d'un seul coup. Militer, partager ces chiffres et discuter des moyens existants pour améliorer le sort de ces millions d'enfants était le but de ce Sommet. Constater que ces sujets tiennent à cœur de tellement de monde constitue déjà une touche d'espoir notable.



Crédit photos: Martin Lassalle

lundi 12 novembre 2007

Un ordinateur portable pour tous les enfants du monde




Les ordinateurs à 100$ du projet One laptop per child fondé par Nicolas Negroponte, sont en production depuis cette semaine dans une usine de Quanta en Chine.

Le projet philanthropique ambitieux est de fournir aux enfants des pays en voix de développement l'accès à la technologie moderne à faible cout. L'Uruguay en a déjà commandé 100 000. Le cout n'est pas encore de 100$ mais de 188(ce qui demeure appréciable) mais l'organisme promet des baisses significatives au cours de l'année 2008. La Mongolie pourrait être le prochain pays participant. Il semble que pour être rentable, cette ONG devrait distribuer 3 millions de ces ordinateurs à 100$.

A l'occasion de la mise en chantier de ce projet lancé il y a 5 ans maintenant, l'organisme sans but lucratif One laptop per child (un ordinateur portable par enfant) propose durant les deux prochaines semaines une promotion "Donnez-en un, recevez-en un", pour les résidents américains et canadiens. En faisant un don de la valeur de deux ordinateurs (399$), l'un va à un enfant d'un pays émergent, et l'autre chez vous, avant les fêtes. La moitié du don (199$) est déductible d'impots.
L'initiative de fournir des ordinateurs aux enfants pauvres me parait des plus louables. Certains se posent des questions éthiques à ce sujet, comme de savoir si on n'augmente pas le risque de voir se propager la culture mondialiste. Les outils de communication, d'accès à la culture, mondiale ou locale, ainsi que la tendance générale au "user generated content" permettra à tous les utilisateurs de ces ordinateurs XO de développer leur savoir-faire et leur faire-savoir sur internet.
Par ailleurs, miser sur l'enfance et l'éducation, est aujourd'hui reconnu comme le moyen le plus efficace d'investir dans une stratégie de développement durable.

D'autres images de l'ordinateur ici.

jeudi 8 novembre 2007

Sommet du millénaire à Montréal


Aujourd'hui et demain se tient le Sommet du Millénaire, sous l'égide des Nations Unies et de leur programme "Les objectifs du millénaire pour le développement".
Cette année l'emphase est mise sur les enfants avec des thèmes tels que : "Survie des enfants", ou encore "Enfants et conflits armés".

Des conférenciers issus du monde des artistes ou de la politique, tels que l'archevêque Desmond Tutu, Mia Farrow, Cherie Booth Blair, Tim Robbins ou Ishmael Beah seront présents afin de partager leur vision, de sensibiliser l'opinion et de lancer de nouvelles idées. Les grandes ONG et organismes philanthropiques telles que l'UNICEF ou la Fondation Lucie et André Chagnon, tous deux trés actifs auprés des enfants, y participeront également.

L'acteur-humoriste-cinéaste Patrick Huard, porte parole de l'évènement pour la deuxième année consécutive essaie de lancer une initiative ambitieuse grâce à laquelle on pourrait prélever directement 1% des salaires pour être versés à des causes sociales et humanitaires. Que pensez-vous de cette idée?

La première journée de ce sommet est sur invitation seulement, mais la deuxième est ouverte au grand public. Je vais m'efforcer d'y aller, et de partager différentes idées sur la philanthropie moderne, comment y prendre part, comment l'améliorer, et comment la diffuser autour de nous. Ce genre d'évènement prouve combien la philanthropie et l'humanitaire sont des valeurs solides et largement répandues, mais qu'il convient de fédérer.


Dessin: Wozniack

mardi 6 novembre 2007

La fontaine de pierres franchit l'océan

Les amateurs de musique latino et ethnique, ainsi que les agitateurs de consciences sociales connaissent bien le site espagnol radiochango.com. Les autres, allez vite le découvrir, il vaut vraiment le détour et il est publié en 5 langues, dont le francais. Vous y découvrirez des groupes de musique qui sortent des sentiers battus, et qui vous dérouilleront les rotules...

Le site, comme le fait souvent la musique, dénonce aussi les injustices et favorise l'entraide et la solidarité sociale. Des valeurs que je partage aussi, notamment dans les pages de ce blogue. Et pour prouver que cette communauté d'intérêts est réelle, je suis fier de vous annoncer que j'ai écrit leur éditorial du mois de Novembre pour la section francophone. Vous pourrez le lire ici.
Pour ceux qui veulent en savoir plus sur radiochango, ils se présentent eux-mêmes ici.

Le web est un outil extraordinaire de diffusion et de partage des idées, en voici une preuve de plus. Je suis convaincu que les valeurs philanthropiques qui m'animent sont largement répandues mais qu'elles ne sont pas encore fédérées, mais celà viendra. Une pierre à la fois. Ce blogue y contribue déjà. N'hésitez pas à y amener votre propre pierre...

(Dessin de W oznia k - SCORBUT)

lundi 5 novembre 2007

Le financement de nos hopitaux

Vendredi dernier, j'étais invité au gala annuel de la Fondation de l'Hopital du Sacré Coeur de Montréal. La Fondation célébrait en grande pompe les résultats de sa campagne de financement. Les objectifs ambitieux de la campagne 2005-2009 de 35 millions de dollars ont d'ores et déjà été dépassés, et les évènements de levées de fonds se poursuivent.

Dans un premier temps, on ne peut que se féliciter de constater un tel succés. Ca fait plaisir de voir que les gens sont sensibles à la cause et que le don demeure une valeur solidement ancrée dans la société.

Pourtant je n'arrive pas à m'empêcher de me dire qu'il y a quelque chose d'anormal là-dessous. Un hôpital ne devrait pas avoir besoin de faire appel à la charité publique pour fonctionner correctement. C'est bien pour ça que je paie des impots non? Hé bien non! Pas du tout.
En fait, je réalise même que ce 35 million est une goutte d'eau si je le compare au budget du ministère de la santé du Québec qui est de 23,8 milliards de dollars pour 2007-2008. Le chiffre a beau être en hausse constante depuis des années, il a beau représenter prés de la moité du budget total du gouvernement, et la moitié de cette dotation a beau se concentrer sur les hôpitaux, il semble que cela soit loin de suffire à nos établissements de santé pour fonctionner.

La fondation constitue d'ailleurs bien plus qu'un simple outil de fonctionnement. Elle est aussi un levier formidable, car les fonds amassés permettent d'aller négocier avec le gouvernement d'autres financements sur la base des partenariats publics-privés. Et c'est ainsi que certaines ailes des hôpitaux modernes portent le nom de leurs plus généreux donateurs, comme pour les universités ou, dans une autre mesure, comme pour les stades. Inutile ensuite de se demander si la santé est une industrie comme les autres. Ses couts exorbitants, et leur inéluctable croissance, rangent la santé, qu'on le veuille ou non, parmi la longue liste des domaines soumis à la loi du marché. Les Fondations, dans ce contexte, permettent de palier au manque de moyens du gouvernement. Plus les fondations seront efficaces dans leurs levées de fonds, plus notre système de santé aura une chance de supporter la comparaison internationale, et surtout de répondre aux besoins de la population.

Vue sous cet angle, la philanthropie n'est plus un luxe, elle devient une nécessité...

mercredi 31 octobre 2007

Aujourd'hui je suis devenu webbénévole pour la Croix Rouge



Cette semaine la Croix Rouge française lance une campagne de recrutement sous le thème sans vous, que ferions nous?

En plus de cette magnifique vidéo, le site propose aux internautes de devenir webbénévole, en diffusant sur leur blog, leur site, ou des forums, les liens url des ressources, du spot TV, et des bannières pour recruter plus de web bénévoles et ainsi diffuser la voix de la solidarité.
Le site de la campagne donne des chiffres illustrant les résultats de l'organisme. J'adore ce concept de donner au public les outils pour devenirs amabassadeurs de la cause. Du coup, j'ai mis le bouton sur mon blogue, n'hésitez pas à l'utiliser, ou à m'imiter.

On aurait pu faire encore plus interactif, et proposer des applications sur les réseaux sociaux par exemple, mais le progrès demeure notable. Cette campagne, à mon avis, en inspirera d'autres dans le domaine du don.

mardi 30 octobre 2007

Les nouveaux visages de la lutte au tabagisme




Ces deux spots publicitaires font partie de la dernière campagne anti-tabac de la commission européenne lancé cette semaine. J'aime beaucoup le détournement d'univers tels que les cosmétiques ou le western. Le spot sociétal aprés avoir été caricaturé (voir ancien post ici), joue à son tour la caricature, l'humour noir et le viral. Le site NicoMarkket permet d'acheter des produits (fictifs) qui vont donneront tous les effets (nocifs) de la cigarette: du nicobreeze pour "parfumer" votre intérieur, du nicodent pour d'horribles taches brunes, ou comme sur les spots ci-dessus du nicoclean, pour un teint bien blafard ou encore du nicovox, pour une voix bien caverneuse...

L'an dernier, la France, avait lancé une autre campagne anti-tabac qui reprenait l'ambiance du spot corporate (voir le film ici) en imitant une campagne de recrutement vantant les mérites de la compagnie... Selon la logique de cette entreprise fictive, puisque les fumeurs meurent de tabagisme (un sur deux), il faut donc les remplacer par des nouveaux, idéalement par des jeunes non fumeurs... Le comble du cynisme... Pour s'assurer de la mobilisation des jeunes, et leur fournir de l'information, un site web permettant la visite virtuelle de la compagnie (Toxic-Corp) avec un avatar a été créé. Un concept... mortel!

Nous sommes loin du message qui fait peur. La tendance du shockvertising est décidément loin derrière nous, et c'est bien normal: toutes les industries évoluent. Le domaine de la philanthropie n'y échappe pas.
Aujourd'hui, la multiplication des causes sociétales a dilué l'intérêt du public pour elles. la communication sociale doit donc passer par un autre canal. Elle choisi aujourd'hui dans ses campagnes anti-tabac les plus récentes l'humour, la dérision et le cynisme. Pour autant le message éducatif est passé, de manière certes détournée, mais très claire.

Personellement j'aime beaucoup ce changement de cap. Il prouve que la philanthropie et le marketing social évoluent. Cette évolution implique que les professionnels de la philanthropie devront être de plus en plus spécialisés. Ils seront des spécialistes dans leur domaine professionnel mais aussi des spécialistes de "l'industrie de la philanthropie". C'est à ce prix que les causes défendues remporteront l'adhésion d'un plus large auditoire.


Crédits: La campagne virale de la commission européenne, sur une idée de l’agence britannique Isobar, a été développée par l’agence française Ligaris et viralisée par GoViral dans les 5 grands pays européens : Allemagne, France, Royaume-Uni, Espagne, Italie.
Via.

jeudi 25 octobre 2007

Signez la pétition d'Avaaz pour la Birmanie


Avaaz.org est le site d'une organisation non gouvernementale indépendante, qui mène des campagnes mondiales pour faire en sorte que les valeurs de la population à travers le monde soient entendues sur des questions universelles telles que les changements climatiques, la montée des conflits religieux, ou encore la fin des régimes totalitaires.

Avaaz signifie "voix" dans plusieurs langues. L'organisme, comme Greenpeace par exemple, ne recoit de financement d'aucun gouvernement ni aucune entreprise.

Voici comment ils se présentent sur leur propre site.
"Les membres d'Avaaz.org agissent au nom d'un monde plus juste et pacifique et d'une vision de la mondialisation à visage humain. Dans notre monde interconnecté, les actions des décideurs politiques et des corporations ont un sérieux impact sur nous tous. Afin d'égaler le pouvoir et l'influence des décideurs mondiaux et des corporations transnationales, les membres d'Avaaz.org mettent sur pied un mouvement puissant de citoyens sans frontières.

En tant que tels, bien que nous n'ayons pas les mêmes moyens que les gouvernements, les corporations et les médias, en travaillant ensemble nous pouvons rassembler des millions de personne du monde entier et faire en sorte que l'opinion publique mondiale ait un impact réel sur des questions majeures d'ordre global telles que la pauvreté, les changements climatiques, les droits humains et la sécurité mondiale.
En utilisant des technologies de pointe, Avaaz.org permet à des gens ordinaires de tous les coins de la planète d'entrer en contact direct avec ceux à qui il revient de prendre des décisions importantes au niveau global, avec les corporations et les média. En s'inscrivant pour recevoir les dernières nouvelles d'Avaaz.org, les membres reçoivent des e-mails et des sms les avertissant des nouvelles campagnes et opportunités d'agir en ligne aussi bien qu'hors ligne, et d'avoir un impact réel sur des questions urgentes d'ordre mondial."

Par exemple, en ce moment, sur la page d'accueil d'avaaz.org, vous trouverez une pétition pour la démocratisation de la Birmanie. Le but est d'obtenir un million de signature à remettre à l'ONU pour le demander d'être les médiateurs avec le régime des généraux au pouvoir.
Vous vous demandez ce que vous pouvez faire pour la Birmanie? Signez la pétiton d'Avaaz!

La photo montre la remise des 760 000 premières signatures à Gordon Brown, premier ministre britannique et membre du Conseil de sécurité, le 15 Octobre dernier à Londres.

dimanche 21 octobre 2007

Agir pour la Birmanie


Dans quelques jours, nous serons le 24 Octobre, et ca fera exactement 12 années qu'Aung San Suu Kyi, la tristement célèbre militante pour la démocratie en Birmanie, sera confinée dans une "maison d'arrêt" à Rangoon. Pour ceux qui se demandent à quoi ressemble une maison d'arret, MTV a fait un clip évocateur que vous trouverez ici.
Aung San Suu Kyi est la seule prix nobel de la paix a être emprisonnée. La liberté de la presse n'existe pas dans son pays, et ce blogue y serait probablement interdit. Peut-être même que moi aussi je serai incarcéré pour écrire ce que vous êtes en train de lire si je vivais dans ce pays.
En ce moment des milliers de gens se mobilisent pour faire pression sur la junte des généraux birmans. Les images des manifestations de centaines de moines bouddhistes défilant dans les rues ont frappé l'imaginaire et dans toutes les capitales du monde, des mouvements de sympathie envers Aung San Suu Kiy s'organisent. Sur ce site, vous pouvez écrire une pétition au secrétaire général de l'ONU et vous informer sur ce qui se passe en Birmanie, et ce que vous pouvez faire pour lutter contre les exactions de ce régime.

Sur Facebook, des groupes de soutien se sont crées en masse. Le groupe BurmacampaignUK lui a crée un profil et suggère de se mettre en relation avec ce profil afin afin de le lui offrir à sa libération. Il comprendra la liste des noms de tous les gens qui l'auront soutenue sur le réseau. Un autre groupe qui soutien les moines birmans, créé par la même association, comporte plus de 400. 000 membres qui organisent des rassemblement devant les grandes ambassades birmanes du monde pour le 24 Octobre et offrent les adresses email des membres du Comité Olympique chinois afin de leur parvenir nos plaintes et nos demandes de justice et de démocratie, la Chine soutenant ouvertement la junte birmane.

Bref, impossible de rester sans agir aujourd'hui. Que ce soit en chair ou en os, ou dans les mondes virtuels, l'action est rendue possible et facilitée par tous ceux qui, comme moi, se sentent le devoir de profiter de leur propre liberté pour en faire bénéficier ceux qui en sont aujourd'hui privés.

mardi 16 octobre 2007

Un sac de merde... pour sauver le monde?


C'est l'idée, peut-être pas si loufoque que ca de 3 suédois qui ont crée la compagnie peepoople, qui commercialise le"sanibag". Ils font remarquer que prés de 2 milliards de personnes n'ont pas accés à des systèmes de toilettes hygièniques.
Dans de nombreux pays la chasse d'eau n'est pas possible et dans d'autres, l'eau n'est pas emmenée assez loin ni suffisament bien traitée et elle se retrouve donc dans le système de distribution et de consommation. Cette eau sale et contaminée serait à l'origine de quantité de maladies et de décés. L'eau non potable cause 80% des maladies mondiales, et 6000 décés par jour, comme je l'évoquais déjà ici en parlant de l'initiative Playpumps.

Peepoople a donc crée un sac de plastique biodégradable pour recueillir les matières fécales. Il se referme d'un noeud et peut se jeter n'importe où. Les odeurs sont emprisonnées et le contenu se biodégrade seul en 2 à 4 semaines selon la température extérieure, éliminant ainsi les bactéries et ensuite le sac se biodégrade aussi.

Je suis un peu sceptique devant un tel procédé. Je me dis que si c'était si simple, des ONG auraient déjà commencé à distribuer ce système à grande échelle dans certains pays particulièrement touchés par les problèmes d'eau, ou dans des camps de réfugiés. Pourtant je n'arrive pas à m'empécher de me dire que les idées le plus simple sont souvent les meilleures. Il se pourrait donc que ce vulgaire "sac à merde", dans le genre du sac de platique dont on essaie de se débarrasser dans les pays occidentaux, constitue une piste sérieuse de solution pour les pays ou la pauvreté ne permette pas les mesures élémentaires d'hygiène.

Pourtant, le fait que ce procédé existe déjà dans les milieux hospitaliers (voir ici par exemle) m'incite à penser que l'idée pourrait faire son chemin ... Je vais surveiller ce projet et vous en reparlerai. Vous y croyez vous?

samedi 13 octobre 2007

Imitation de marketing social

Quand on commence à regarder ce message on se dit qu'il a un air de déjà vu: j'oserai même dire qu'il "sent" la campagne sociétale à plein nez. Et puis finalement non!

Lorsque l'esprit des campagnes sociétales est imité pour d'autres annonceurs, c'est qu'il est rentré dans les moeurs. On le connait et on le reconnait. Il a désormais ses codes et ses règles. L'une d'elles est de montrer les choses de manières crues et directes, surtout celles que les autres annonceurs choisissent soigneusement d'éviter afin de ne pas heurter des esprits trop sensibles qui pourraient lancer un mouvement de protestation néfaste pour la marque. C'est ce que l'on appelle la tendance du shockvertising.

C'est la preuve que le marketing sociétal arrive à maturité. Le problème c'est qu'en l'absence de renouvellement, la phase suivant celle de la maturité est celle de la décroissance. Le marketing sociétal devra inévitablement trouver de nouvelles manières de communiquer s'il ne veut pas lasser son auditoire et donc perdre de son efficacité. Pour celà, plusieurs solutions s'offrent à lui: aborder les problèmes de manières plutôt positives que dramatiques en montrant par exemle ce que les gens peuvent faire pour créer du changement plutôt que de leur montrer les résultats (visuellement choquant) de leur inaction. Les réseaux sociaux sont également un terrain quasiment vierge pour le marketing en général et le marketing sociétal en particulier. L'avenir verra de plus en plus d'activités des ONG et autres causes sociales sur ce terrain.

vendredi 12 octobre 2007

Al Gore, prix nobel de la paix


Al Gore, l'ancien vice-président des Etat unis, devenu ardent défenseur de l'environnement et ambassadeur international de la lutte contre les changements climatiques gràce à son film "Une vérité qui dérange" (An inconvenient truth) s'est vu décerné aujourd'hui le prestigieux prix Nobel de la paix. Il partage ce prix avec le GIEC (Groupe d'expert intergouvernemental sur l'évolution des Climats).

Al Gore avait déjà recu un Oscar pour son film, ce qui propulsa son image et sa parole sur tous les écrans du monde. Aujourd'hui, avec ce Prix Nobel, il devient encore plus célèbre et les informations qu'il donne franchissent encore plus de barrières.

On peut se demander quel est le rapport entre la paix et l'environement. Al Gore y répond en disant que les problèmes climatiques risquent à terme de créer des migrations importantes de populations, donc des conflits, de meme que des luttes pour les régions devenues les seules habitables. Essayer d'enrayer les changements climatiques permettraient donc selon l'académie d'Oslo de lutter aussi en faveur de la paix internationale.

Les critiques politiques prétendent qu'Al Gore viserait la présidence des Etats Unis et que ce nouveau statut de Prix Nobel lui paverait la voix royale. J'espère sincèrement qu'il ne succombera pas à cette tentation car son pouvoir de persuasion et de mobilisation des consciences est beaucoup plus important aujourd'hui que celui qu'il a été lorsqu'il occupait les plus hautes responsablités politiques. S'il veut vraiment que les changements opèrent, et influencer le politique, il ne doit pas en faire partie. Sa crédibilité, et celle de son film, dépendent de la décision qu'il prendra à ce sujet.

mercredi 10 octobre 2007

Bilan de santé des fondations communautaires

Les 159 Fondations communautaires du Canada (FCC) lancent "signes vitaux", un nouveau rapport annuel sur la qualité de vie au pays. Ce rapport met en lumière deux réalités étonnantes et contrastées. La première donne toutes les raisons du monde de se réjouir, la seconde montre l'ampleur de la tache qui reste à accomplir en la matière .

D’une part, le rapport Signes vitaux présente un portrait encourageant des progrès accomplis en tant que nation : augmentation du nombre de diplômés d’études postsecondaires et du revenu familial; baisse du taux de chômage et des infractions contre les biens.

Mais d’autre part, une réalité moins connue est une non-évolution (donc une regression) du taux de pauvreté au Canada qui n’a pratiquement pas changé depuis 20 ans. Plus de 20 % des Canadiens vivent dans la pauvreté, y compris des enfants, des Autochtones et des immigrants récents dont la contribution à l’économie canadienne est essentielle pour contrer les effets du vieillissement de notre population.

« Nous espérons que Signes vitaux deviendra un moteur de changement sur les scènes locale et nationale, déclare Monica Patten, présidente et chef de la direction des Fondations communautaires du Canada (FCC), dans leur communiqué de presse. Nous souhaitons aussi qu’il amène le secteur bénévole, le milieu des affaires, les gouvernements et d’autres organisations à dire : Oui, nous avons accompli beaucoup de choses ensemble, mais tous ne profitent pas de notre prospérité. »

Notons que le rapport précise aussi que le Canada compte parmi les plus grands producteurs de dioxyde de carbone par habitant du monde (deuxième rang derrière les Etats Unis) et que ses émissions de gaz à effet de serre continuent d'augmenter (+28% entre 1990 et 2004)...
Le rapport complet, est consultable sur le site signes vitaux.

mardi 25 septembre 2007

Vacances - de retour en Octobre









La Fontaine de pierres n'est pas tarie, mais elle part se ressourcer sur la méditérranée une dizaine de jours. De retour la semaine du 9 Octobre.
En attendant, en guise de petit clin d'oeil à mes activités des prochains jours, voici quelques images de campagnes sociales (ou pas) qui ont pour décor (ou référence) le monde sous-marin... Comme quoi publicité et profondeur font parfois bon ménage...

Crédits:
1 et 2- Greenpeace, campagne pour les océans, via ads of the world
3- Annonce pour Camel Tobacco, par saatchi&Saatchi Italie, via ads of the world.
4- Annonce pour Prowildlife, via ads of the world
5- Le Requin baleine dans une annonce pour Tourisme Australie, via ads of the world
6- Agence: JWT, Milan pour Bluemarea diving school, via ads of the world

dimanche 23 septembre 2007

Le pouvoir de votre signature - suite

Dans un billet précédant, j'abordais le pouvoir des mots pour Amnistie internationale grace à leur campagne "signature". Voici la suite dans le même esprit: pour nous inciter à prendre notre plume afin de dénoncer les injustices et en nous montrant que l'effort est loin d'être vain .

Ici la version longue, ayant remporté un lion de Bronze au dernier festival de Cannes.
Le message est encore d'une clarté exemplaire, même si de plus en plus, les pétitions sont envoyées par courrier électronique. La force de l'idée et du symbole demeurent entiers.

Agence: TBWA Paris

vendredi 21 septembre 2007

Journée mondiale pour la paix



Afghanistan, Liban, Irak, Congo, Darfour, pour ne citer que ceux-là, sont des morceaux de notre planète quotidiennement ravagés par la guerre depuis des années. Aujourd'hui, c'est la Journée internationale pour la paix, créée par les nations Unies en 1981.
Le but de cette journée est d'offrir à tous les combattants, et surtout aux civils impliqués, 24 heures de cessez le feu.
Le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, a lancé un appel pour que cessent les hostilités durant quelques heures. « En ce jour, je demande instamment à tous les pays et à tous les combattants de respecter la cessation des hostilités. Je demande également à chacun d'entre nous d'observer une minute de silence à midi heure locale », écrit-il dans son message.

La paix, comme la liberté ou la justice, est un bien précieux dont on ne se rends souvent compte de la valeur qu'une fois qu'on l'a perdue. A défaut de faire cesser durablement les guerres, cette minute de silence pour ceux qui ne sont pas en guerre permettra (peut-être) de réaliser la chance que nous avons de vivre en paix, et l'importance de la préserver...

jeudi 20 septembre 2007

Une discothèque pas comme les autres


Voici un concept intéressant. Le plancher de la discothèque est montée sur des ressorts qui absorbent l'énergie des danseurs pour créer de l'électricité. Le concept a été présenté il y a un an déjà par le bureau d'architectes hollandais Doll, trés impliqué dans le développement durable. La discothèque n'est toujours pas construite mais le simple fait que des experts se penchent sur la question et étudient les possibilités technologiques pour y parvenir sont des éléments encourageants qui incitent à penser que des solutions sont envisageables à court terme.

Quand on sait que les jeunes sont les plus sensibles aux questions environnementales, le succès d'un tel établissement est garanti d'avance. Ce sera une nouvelle définition de la danse sociale...

Via

mercredi 19 septembre 2007

Donald Rumsfeld, un philanthrope?


Donald Rumsfeld, l'ancien ministre de la défense de Georges Bush, tellement décrié pour son implication dans la guerre en Irak, éclaboussé par l'affaire Abou Ghraib et démissionnaire après la défaite de son parti aux élections législatives, s'est retiré des affaires en Novembre 2006.

Il vient d'annoncer la création de la Fondation Rumsfeld pour encourager la fonction publique.
Selon cet article du Washington Post, la Fondation (la deuxième de la famille Rumsfeld) aura pour but d'encourager un débat raisonné (!) sur les grands thèmes de société. Elle attribuera des bourses d'études pour inciter les jeunes à choisir la carrière de la fonction publique gouvernementale.
Dans un deuxième temps, la Fondation se lancera dans un domaine à la mode: le micro-crédit pour des entreprises de certains pays en voix de développement de l'asie centrale, une région ou les intérêts américains seraient sous-représentés... C'est à se demander à qui profitera vraiment la création d'une telle fondation...

Cette annonce illustre à merveille l'un des problèmes majeurs de la philanthropie américaine moderne: la multiplication des acteurs et donc la dissémination des efforts financiers autour d'une même cause. Investir les sommes allouées dans cette nouvelle fondation à la création d'une chaire universitaire aurait probablement eu de meilleurs résultats sur l'éducation. Mais le contrôle aurait été moins grand... Et la philanthropie dans tout ca?

lundi 17 septembre 2007

Dépistage du cancer

Voici un spot pour le dépistage du cancer. Clarté, simplicité, call to action. Tout est là. Bravo!
Pas de texte superflu expliquant le pourquoi du comment, pas d'image terrifiante non plus, seulement une idée forte, évocatrice de la progression de la maladie et de l'intérêt d'agir vite.

Crédits:
Agence Pragma DDB Lima, Peru, via kickbadhabits.com

samedi 15 septembre 2007

L'état de la philanthropie américaine: quelques chiffres

Selon une étude publiée en juin dernier par The Giving USA Foundation, aux États Unis, en 2006, la philanthropie représentait 295 milliards de dollars de dons, soit prés de 12 milliards de plus qu'en 2005, une augmenattion de 4,5%.
Ce montant extraordinaire est distribué par 1,4 millions d'oraganismes caritatifs et religieux à travers le pays. L'étude précise que 65% des ménages gagnant moins de 100,000$ par an donnent à un organisme. C'est plus que le pourcentage de gens se déplacant aux élections!
Un analyste présise dans ce rapport que la tendance veut que l'état du don aux Etats Unis grossisse au rythme du tiers de la croissance du marché. La bourse américaine a augmenté de 10% en 2006, et le don de 3,2% si l'on tient compte de l'inflation et des dons extraordinaire (comme le 1,7 milliard de Warren Buffet par exemple).
Par ailleurs, le rapport stipule que la plus grande part de ce total (76%) provient des dons individuels. Les Fondations quant à elles, ont donné 36 milliard, une hausse de 12%, justifiée en grande partie par les résultats de la bourse. Enfin les compagnies privées ont contribué à hauteur de 12 milliards, un résulat en baisse de 12%, mais qui ne semble pas refléter une tendance lourde car en 2005 une large part de leur don fut attribuée aux grandes catastrophes naturelles telles que Katrina...

Avec de tels montant en jeu, on comprend que l'on puisse désormais parler d'une industrie de la philanthropie. On comprend aussi que de plus en plus, les gouvernements soient tentés de légiférer sur ces sommes, ou du moins de faire en sorte qu'elles ne leur échappent pas totalement. On comprend aussi pourquoi les donateurs exigent des résultats de plus en plus tangibles. Le nombre d'organismes caritatifs agmentant constamment, la loi du marché va s'appliquer et le donateur choisira de donner à qui aura la réputation d'employer ses dollars de la manière la plus efficace et la plus transparente. Voilà pourquoi les campagnes sociétales se doivent de faire bien plus que de simplement toucher émotivement leur cible. Elle doivent parvenir à créer des changements de comportements, ou à atteindre des objectifs mesurables et quantifiables.
Pour le bien des donateurs et leur fournir une meilleure information, un site américain comme Charity navigator évalue les différents organismes et leur donne une note. Le succés d'un tel site démontre que la pression monte actuellement de plus en plus sur cette nouvelle industrie...

mercredi 12 septembre 2007

Caricature de la philanthropie moderne


Les Doonesbury sont aujourd'hui aussi célèbres dans nos journaux que les Charlie Brown & Snoopy d'il y a quelques années. Ils dépeignent une société actuelle caricaturale avec humour et une pointe de cynisme.
Cette semaine, ils mettent en scène une vision ultra-moderne (et pourtant bien réelle) de la philanthropie. C'est un peu la philanthropie de la geek-generation: celle avec laquelle les professionnels du marketing doivent compter s'il veulent maximiser leurs campagnes... et donner une raison de plus aux médias traditionnels d'en parler. Dans quelques temps, ce sera le tour de la philanthropie sur Facebook d'etre caricaturée par Doonesbury...

lundi 10 septembre 2007

Encore 1 million de morts cette année

De quoi parlons-nous? D'une nouvelle épidémie? D'un conflit lointain?
Non non, juste de suicide! Aujourd'hui 10 septembre, c'est la journée mondiale de la prévention du suicide sous le patronage de l'OMS.
On en parle peu mais le suicide tue aujourd'hui plus que la guerre. 1 million de morts à travers la planète tous les ans. Ca correspond à prés de 3000 décés par jours, soit un toutes les 30 secondes. En France il s'agit de 200,000 personnes. Au Canada, le suicide est la 3ème cause de décés, avant même le SIDA ou les accidents de la route. Le problème prend toute son ampleur lorsque qu'il est mis en perspective avec celui des tentatives de suicides, qui elles sont 20 fois plus nombreuses...
Et pourtant, en avez-vous entendu parler? Pas de grande campagne dans les médias contrairement aux grandes causes "traditionnelles". Le suicide semble ne pas avoir la cote lorsque l'on évoque les grandes causes sociétales. C'est probablement parceque le groupe cible est beaucoup plus difficile à cerner. Par exemple les chiffres de l'OMS à propos des jeunes de 15 à 24 ans, montrent que le taux de suicide chez les garcons est presque quatre fois plus élevé que chez les filles.
L'association internationale pour la prévention du suicide sort pourtant régulièrement des rapports de sensibiliation et des études donnant les derniers chiffres, et il est clair que la situation empire inexorablement. Même chez les ainés de plus de 85 ans le taux de suicide augmente dangeureusement.
C'est l'un des paradoxes de notre époque moderne. Un e époque où les moyens de communications n'ont jamais été aussi performants mais qui pourtant isolent de plus en plus de gens dans une soufrance qui ne leur laisse plus qu'un seul désir: celui de mort.

A noter l'heureuse initiative de l'OIIQ qui décide de former les infirmières et infirmiers à ce réel problème de santé publique en publiant un guide aidant au dépistage, l'évaluation et l'intervention devant les personnes à risque. Un guide que chacun pourrait lire, disponible ici, pour aider des personnes que l'on pense à risque dans notre entourage.