jeudi 15 novembre 2007

Amnesty International corrige la langue de bois



Voici quelques exécutions bien senties d'une campagne espagnole pour Amnesty International. Le fait de mettre dans la bouche de ces dirigeants les mots que l'on aimerait les entendre nous dire frappe l'imaginaire et nous incite à les pousser à faire ce que les principes élémentaires des droits de l'homme commandent.

Le président Poutine dit: "Personne ne mourra dans mon pays pour avoir utilisé son droit à la libre expression."

Le président Georges Bush, lui, affirme: "La prison de Guantanamo est illégale,elle doit fermer ses portes au plus vite."

Et le président iranien Ahmadinejad : "Aucune femme ne sera plus jamais lapidée dans mon pays."

Un regret: l'adresse internet thepowerofyourvoice.org inscrite sur les annonces ne fonctionne pas (encore?).

Amnesty demeure ici fidèle à sa tradition de dénonciation des atteintes aux droits de l'homme et à son appel à la participation collective en envoyant des pétitions pour faire plier les dirigeants des pays incriminés. D'autres campagnes d'Amnistie ici.

Crédits:
Agence: Contrapunto, Madrid
Via: Ads of the world

2 commentaires:

Sir Cyber Sniper a dit…

Sacha.... Encore du relativisme (donc du nihilisme)... Mettre sur le meme pied un president américain régulièrement élu (he, oui, meme la premiere fois)qui quittera ses fonctions à la fin de son mandat, un ancien directeur du KGB, élu certe, mais muselant la presse et essayant de rester au pouvoir apres son terme, et un dictateur islamofasciste qui désire oblitérer Israel, cela craint pas à peut pret. Pour un peu te croirait de gauche, tendance moore-chomsky, adorateur de guevara, castro, chavez et mao...

Anonymous1 a dit…

Que ce qu'on a dans l'oeil soit une paille ou une poutre, le bon sens nous dit de commencer par s'occuper notre oeil propre.

Mais je suis d'accord pour ne pas verser dans le relativisme. Voilà pourquoi il vaut mieux rester vigilants et bien s'informer.

anonymous1