samedi 31 janvier 2009

Je donne un cours sur "La webTV et l'art de se faire voir sur le web"



Puisque la Fontaine de pierres est un blogue sur la philanthropie 2.0, car je suis spécialisé à la fois sur les activités philanthropiques, mais aussi, (même si j'en parle moins ici), sur le web 2.0 en général. Dans ce contexte, je donne des cours, des formations ou des séminaires dans plusieurs domaines, dont la webTV. Mon cours d'aujourd'hui se donnait à l'inis, pour l'agence topo, dans le cadre du cursus des ateliers Makila. Comme ils le disent eux-mêmes sur leur site: "Souhaitant expérimenter avec la diffusion de courts-métrages et les modalités de collaboration, les membres de Makila s’intéressent au développement d’une Kalavera deliciosa interactive à l’internet où le défilement linéaire actuel des clips vidéo deviendrait arborescent et ouvert à la participation collective des internautes." Un projet ambitieux à surveiller aux confins des arts, de l'expérimentation, des nouvelles technologies, et du web 2.0, bref tout ce que j'aime... le 15 mars à la SAT.

Je couvre dans mon cours les différents moyens adoptés par les diffuseurs et par les producteurs pour se faire voir sur le web... et pour trouver des financements. Bien que le modèle d'affaire de la webTV reste encore à identifier, et que la recette miracle n'existe pas encore, plusieurs tirent pourtant leur épingle du jeu...

Ce cours représente la deuxième partie pratico-pratique d'un cours plus vaste dont la première partie théorique était donnée par mon comparse Martin Lessard en matinée.

Cette rapide présentation powerpoint ne donne qu'un survol et un trés vague apercu du cours, qui lui dure 4 heures... Il existe aussi une version plus longue de 8 heures de ce cours.

Je cite dans cette formation de nombreuses webTV d'ici et d'ailleurs, que vous retrouverez ci-dessous. Cependant, je suis toujours prêt à en découvrir de nouvelles, donc n'hésitez pas à me faire signe si vous en lancez une nouvelle, si vous comptez le faire bientôt, ou si je ne connais pas encore la votre...

4 commentaires:

Sophie Labelle a dit…

Blogueuse, mais aussi responsable des communications chez Moisson Montréal dans une autre vie, je pense souvent à des façons de bonifier les relations avec les différents publics de la banque alimentaire via les médias sociaux.

Moisson Montréal s'est doté, par exemple, d'un blogue pour donner de la visibilité à un projet de rénovations vertes d'envergure (http://www.moissonmontreal.org/blog). Aujourd'hui, c'est une campagne de financement entièrement en ligne pour la St-Valentin qui a été lancée ! (http://cupidon.tv)

Les organismes communautaires ont tout intérêt à s'intéresser au web 2.0 et d'y maximiser leur présence. C'est l'occasion de se démarquer et d'engager une conversation avec la communauté à peu de frais.

Sacha Declomesnil a dit…

Merci Sophie de cette confirmation et de cette validation du milieu sur les méthodes de la philanthropie 2.0...

Manuel Angelini a dit…

Bonjour Sacha,

Belle présentation.

Un petit point par contre, si tu me le permet. Il est dommage de se limiter au Web (Web-Télé). Quant est-il du mobile? Des "set-top boxes", des consoles de jeux et des nouveaux téléviseurs IP ? Tous ces appareils peuvent de plus en plus s'alimenter en contenu provenant de l'Internet.

D'ailleurs, voilà pourquoi je préfère plutôt parler de télé Internet (Internet TV) que de Web-télé (surtout utilisé au Québec). Ce terme est selon moi un réducteur face au potentiel des nouvelles technologies de diffusion. :)

Sacha Declomesnil a dit…

Merci de ton commentaire Manuel,
Je suis 100% d'acord avec toi. cependant, ce cours est donné à du monde qui a une certaine crainte, voire méfiance face au web.
Ce sont souvent des producteurs de contenu vidéo adapté à la télé ou au cinéma qu'ils essaient de transférer sur le web.
Je m'efforce d'y aller step by step et de les rassurer par rapport au web, les logiques sont différentes et ca leur demande une grande adaptation, et des changements de méthodes de travail, de paradigmes. Les cellulaires, les jeux vidéos, la télé internet (la télweb la téléb?...) sont une étape plus loin. Je me contente de les aborder de manière trés lointaine, voire superficielle, j'en conviens. Mais je m'adapte à mon public...

J'ai d'autres publics ceci dit, notamment en agence qui eux sont plus interessés par ce genre de nouvelles technologies, on aura surement l'occasion de s'en parler d'ailleurs.

Au plaisir.